Finistère. Sept places vont être créées pour les enfants à besoins multiples Juil26

Finistère. Sept places vont être créées pour les enfants à besoins multiples


Ouest-France – Véronique MOSSERPublié le 25 juillet 2021 à 16h16 Un groupement de coopération sociale et médico-sociale vient de voir le jour sur le territoire de la Cornouaille. Deux lieux d’accueil vont être créés pour les enfants en grande souffrance. Hervé Jacq et Patricia Adam ont signé la convention en présence de Sylvie Rogel (Sauvegarde 29), Gwenn Talec (Fondation Trévidy) et Gwenaelle Boissy (Fondation Trévidy) | OUEST FRANCE     Hervé Jacq, président de la Fondation Massé-Trévidy, et Patricia Adam, présidente de la Sauvegarde 29, ont signé une convention, ce jeudi 22 juillet 2021, au club-house du Golf de Kerbernez, à Plomelin (Finistère). Les deux entités ont décidé de travailler main dans la main. Elles lancent un projet d’avenir pour les enfants : un groupement de coopération sociale et médico-sociale (GCSMS). « Cette convention résulte d’un appel à projet lancé par le conseil départemental, pour créer sept places à destination des enfants aux besoins multiples, explique Hervé Jacq. Une somme de 1,4 million d’euros par an est allouée pour ce projet par le Département.» Une maison et un lieu de vie Grâce à cette convention, deux lieux d’accueil pour les enfants de 6 à 18 ans vont voir le jour. Ils permettront de leur éviter une hospitalisation. « Ce sont des enfants qui rencontrent un certain nombre de difficultés et de souffrances (sociales, familiales, psychologiques, comportementales) et dont les mesures sont décidées par les juges pour enfant, précise Patricia Adam, présidente de la Sauvegarde 29. Pendant le confinement, les signalements auprès des juges ont augmenté de 25 %. » Une première maison va ouvrir à Pleuven. Elle accueillera trois enfants. Un deuxième lieu de vie sera créé pour quatre autres enfants. « Nous cherchons un lieu qui puisse convenir dans la Cornouaille », poursuit...

À Guipavas, les GDR Tennis accueillent les premières séances de sport adapté


Le Télégramme – Publié le 11 mai 2021 à 14h38 Tanneguy Velly et Romain Léost accompagnés des quatre jeunes, Mayron, Sheun, Ivan et Miguel, de l’ITEP. Le vendredi 7 mai, sur les courts de padel-tennis du complexe du Moulin Neuf, les Gars du Reun ont proposé la toute première séance de sport adapté. Quatre jeunes de l’institut thérapeutique éducatif et pédagogique Jean-Louis Étienne, institut géré par l’association de la Sauvegarde de l’Enfance, à Brest, ont fait leurs premières armes dans le padel-tennis avec l’aide de Tanneguy Velly, professeur du club, et de Romain Léost, leur éducateur sportif. Le padel-tennis est un mélange entre le tennis et le squash. La structure de Guipavas est composée de deux courts semi-ouverts et couverts. « Dans un premier temps, nous avons mis à disposition du matériel adapté comme des balles plus grosses. Mais le padel est un sport très ludique et rapidement très accessible. Par rapport au tennis, le joueur débutant passe moins de temps à chercher la balle dans les coins et recoins et prend plaisir à jouer beaucoup plus vite », précise Tanneguy Velly. Un cycle de découverte Pour ces jeunes, ces séances viennent compléter le cycle de découverte proposé par Romain Léost : « Depuis le début de l’année, nous avons pratiqué du squash, du tennis de table, mais aussi des sports moins connus comme le tchoukball ou le kinball. Ce qui compte vraiment, au delà de la performance, c’est que ces jeunes en situation de handicap prennent du plaisir dans la pratique sportive. Ils avaient déjà pratiqué des sports de raquette et se sont vraiment amusés au padel », ajoute Romain Léost. Cinq autres séances sont prévues. « Nous espérons pouvoir proposer des créneaux de façon pérenne à la rentrée », indique Tanneguy...

À Brest, SOS Méditerranée a expliqué ses missions à l’Itep


Le Télégramme – Publié le 12 mai 2021 à 11h55   Les missions de SOS Méditerranée ont été expliquées aux élèves, mardi. L’Institut thérapeutique éducatif et pédagogique (Itep) Jean-Louis-Étienne, à l’antenne « Accueil de jour ados », située 16, rue du Dr-Floch, a invité mardi Christophe Inizan, correspondant local de l’association SOS Méditerranée, pour une intervention pédagogique auprès des élèves. C’était une initiative de Joëlle Cabon, soucieuse de participer à l’ouverture de ses élèves sur l’extérieur. 14 000 € par jour en mer L’intervenant a expliqué le but de l’association créée le 9 mai 2015. « Elle agit pour mettre fin aux naufrages en mer Méditerranée centrale, en poursuivant trois missions principales : sauver des vies, protéger les rescapés et témoigner de la situation ». Il a, de plus, sensibilisé les élèves sur la tragédie des naufrages, le devoir de porter assistance en mer, la nécessaire mobilisation des citoyens, le déroulement et l’efficacité des opérations de sauvetage. SOS Méditerranée vit essentiellement grâce aux dons et à l’aide de nombreux bénévoles. Le coût d’une journée en mer est de...

À Brest, les Semaines petite enfance se dérouleront en trois temps forts


Le Télégramme – Publié le 16 mai 2021 à 18h45 De gauche à droite : Sylvie Mével, référente familles au centre social ; Fred Lacoste, de la compagnie Les Contemporains, chargé de la partie spectacles ; et Frédéric Ferrari, coordonnateur à la Maison des parents. Compte tenu du contexte sanitaire lié à la covid-19, les Semaines petite enfance 2021 compteront un nombre réduit d’animations, à Brest. Trois temps forts sont programmés : le 22 mai au centre social Kaneveden de Bellevue, le 5 juin au Patronage laïque du Bergot, et le 19 juin à la Maison des parents. « Nous tenions à maintenir une proposition culturelle gratuite et de qualité, particulièrement pour les tout-petits », explique Syvie Mével, référente familles au centre social de Bellevue, la structure chargée de coordonner cette action. Le samedi 22 mai au centre social Atelier de découverte du théâtre : à partir d’un conte, d’un album, d’un kamishibaï, les participants découvriront le monde et ses composantes (le voyage, les saisons, la nature, la vie…), au travers de jeux de théâtre. Sances à 9 h 45 ou à 11 h pour les enfants de 18 mois à 3 ans, durée de 50 minutes à 1 heure. Inscription au centre social. Le samedi 5 juin au PL Bergot Spectacle « Zouïe Zozeau : la baleine bleue chante avec les méduses aux sons des instruments trouvés au fond de l’eau. Dans la mer, les notes de musique dansent avec les bulles. Séances à 9 h 45 ou à 11 h, pour les enfants de 0 à 3 ans. Durée : 30 minutes. Inscription au centre social. Le samedi 19 juin à la Maison des parents Atelier cirque buissonnier : jongler, sauter, balancer, marcher en équilibre, danser avec les objets que la nature offre à des acrobates. Séances à 9 h 45 ou à 11 h pour les enfants de 12 mois à 3 ans. Durée : de 50 minutes à 1 heure par séance, possibilité de...

Protection de l’enfance : dans le Finistère, La Sauvegarde limite les placements


Myriam Chuine, psychologue du Safa de Brest, rend visite au père d’un enfant. Crédit photo Jean-Michel Delage ASH – N° 3209 – Reportage Publié le : 14.05.2021Dernière Mise à jour : 17.05.2021 Ouvert en 2012, le service d’accompagnement pour les familles et adolescents (Safa) de La Sauvegarde du Finistère suit, à Brest et Morlaix, une centaine de mineurs à leur domicile. Grâce à des moyens renforcés, l’intervention intensive des travailleurs sociaux représente une alternative au placement, fragile mais essentielle. Dix minutes de marche séparent cette grande maison bretonne de l’école où sont scolarisés Jolan, 5 ans, et sa sœur aînée Erika, 9 ans. Pendant le trajet, Gwenaël de Blasio, leur éducateur, s’enquiert de leur journée tout en les observant dévorer le goûter qu’il leur a acheté avant de les récupérer. A leur arrivée, leur mère est souriante et apprêtée. « C’est bon signe, souligne celui qui a connu cette jeune trentenaire dans de bien plus mauvaises prédispositions. Au début de la mesure, elle pouvait être très virulente à notre encontre et n’avait aucune confiance dans notre service. Désormais, elle est dans une dynamique très positive et les enfants vont beaucoup mieux. » Une bonne heure plus tard, et après s’être assuré que les rituels des devoirs et du dîner seraient respectés, Gwenaël de Blasio file vers une autre famille. Depuis sept ans, ce quadragénaire réalise ainsi cinq ou six interventions à domicile par semaine, soit une visite hebdomadaire en moyenne dans chaque famille suivie par le service d’accompagnement des familles et des adolescents (Safa) de Morlaix, l’un des deux sites, avec Brest, de ce service d’AEMO (action éducative en milieu ouvert) à moyens renforcés. Le Safa a vu le jour en septembre 2012, en réponse à un appel à projets du conseil départemental du Finistère pour diversifier...

L’accompagnement des personnes autistes, une formation unique à l’ITES de Guipavas


  Publié le 09 avril 2021 à 17h52 https://www.letelegramme.fr/finistere/guipavas/l-accompagnement-des-personnes-autistes-une-formation-unique-a-l-ites-de-guipavas-09-04-2021-12733062.php   L’Institut de formation au travail éducatif et social, à Guipavas, proposera, dès le 20 septembre, une formation intitulée « Intervenir auprès des personnes ayant des troubles du spectre de l’autisme ». Un enseignement unique en Bretagne. Carole Ascoët, secrétaire de formation, Véronique Méneur, chargée de communication, Lucie Bougaran, directrice du CRA, Marianne Eliès, responsable de formation, Sébastien Le Lay, enseignant, et Roger Abalain, administrateur de l’association de la Sauvegarde de l’enfance. L’Institut de formation au travail éducatif et social (ITES), établissement de la Sauvegarde de l’enfance, située à Kergaradec, à Guipavas, proposera, dès le 20 septembre prochain, une formation unique en Bretagne : le certificat « Intervenir auprès des personnes atteintes de troubles du spectre de l’autisme ». Il permettra d’attester de la maîtrise de compétences spécifiques et adaptées pour l’accompagnement de ces personnes et sera une valeur ajoutée à la formation initiale. Pour les travailleurs sociaux, médicaux, scolaires… Cette formation, à laquelle le Centre Ressources Autisme Bretagne (CRA) est associé, n’est pas un nouveau métier au panel d’offres de l’ITES. Cependant, ce certificat répond à une demande soit de valider des compétences déjà acquises, soit de les accroître. Il concerne les travailleurs sociaux, médicaux, scolaires, de la petite enfance ou, encore, les personnels administratifs. « En fait, toutes les personnes ayant une expérience d’accompagnement de personnes avec autisme. Cette expérience doit être en cours ou dater de moins d’un an », explique Marianne Eliès, responsable de formation. Elle ajoute : « Cette formation ne nécessite pas de diplôme. Mais pour les personnes sans expérience, un stage sera requis ».   Une formation de six mois La formation se déroulera sur une durée de six mois, avec 105 heures de cours (théoriques, travaux de groupe et témoignages). « La certification s’obtiendra par la remise d’un dossier de...